Lou Clau des Eyrals, une histoire de temps

Récit de Guy Rauzet
vendredi 2 juillet 2010
par  Jean-Paul Liégeois
popularité : 10%

Lou Clau

Aux Eyrals, non loin de Bouzic, habitait un couple de paysans très pauvres. L’homme allait travailler du lever au coucher du soleil, moyennant quelques sous, chez des propriétaires de la commune beaucoup plus aisé que lui.

JPEG - 45 ko

Sa femme Philomène restait à la ferme. Elle occupait la plupart de son temps à garder quelques moutons dans les bois alentours.

De leur union était né un garçon. Malheureusement celui-ci était débile, comme on disait à l’époque, et on l’appelait en patois lou Clau. Je n’ai jamais su son vrai prénom. Qu’importe, il courait les chemins et parlait seul. A son revers de veste, au bout d’une chaîne, était accrochée avec une épingle double une grosse montre comme en portaient quelques paysans parmi les plus aisés. Cette montre ne la quittait jamais. On ne pouvait la manquer car, chaque fois qu’il croisait une personne, lou Clau s’avançait vers elle pour lui dire l’heure qu’il était.

JPEG - 62.4 ko
Montre à gousset de 1930


Il en était très fier, Lou Clau, de sa montre. Il répétait toujours et partout que c’était la seule montre qui donnait l’heure exacte. Il expliquait que, quand elle s’arrêtait, il allait à la gare de Groléjac pour la remettre parfaitement à l’heure. Il n’hésitait donc pas à faire 10 km à pied pour avoir l’heure juste. A l’époque, il faut dire que marcher 10 km n’était pas un exploit. Mais personne ne le faisait dans ce but. Sauf lou Clau. Une fois rendu, il remontait et la remettait à l’heure. Tout au long du retour, il n’oubliait pas d’interpeller tous le gens qu’il rencontrait. Il leur disait avec grande fierté et avec un visage rayonnant que l’heure de sa montre était la même que celle de l’horloge de Groléjac. Heureux les faibles d’esprit !

JPEG - 18 ko
Le pont de Grolejac

Le père de lou Clau

Son père lui aussi était un peu innocent. Une nuit, il fut réveillé par quelqu’un qui frappait à la porte. Il se leva et ouvrit. Il se trouva face à un personnage qu’il ne reconnut pas. La nuit était noire et l’homme lui dit qu’il était perdu. Il voulait se rendre à Bouzic et, ne trouvant plus son chemin dans ce noir, il s’était arrêté à la première maison qu’il avait rencontrée.

Ils discutèrent quelques instants et, soudainement, tout un groupe de jeunes gens, qui étaient cachés non loin, surgirent. L’un d’eux tenait dans ses mains une grosse poignée d’orties.

JPEG - 18.7 ko

Un autre souleva la chemise de nuit de l’infortuné père de lou Clau. On lui frotta les fesses. Le pauvre, vous pouvez imaginer la réaction ! Car, bien choisies, elles piquent, ces maudites plantes ! Il pousse des cris et appelle sa femme : "Philomène, viens vite ! J’ai à faire avec une bande de canailles !". Raconté en patois, c’est encore plus savoureux, mais si c’est ma langue, je ne l’écris pas, comme beaucoup.

Ces jeunes revenaient tard de la fête à Campagnac. Passant non loin de la ferme des Eyrals, ils avaient prémédité leur farce. Tous habitaient à Bouzic. J’ai souvent entendu raconter cette histoire par les anciens. Ce n’était pas bien méchant et ce genre de blague, plus ou moins amusante pour la victime, mais bien divertissante pour tout le reste du village, n’était pas rare à l’époque.


Commentaires  forum ferme

Logo de roselyne.labigne
mardi 6 juillet 2010 à 22h56 - par  roselyne.labigne

certes elles piquent ces orties mais on peut les amadouer:quelques branches d’orties dans 10 litres d’eau et voila un bon engrais pour le jardin potager,excellent pour mettre au pied des tomates ;et puis aussi,avez-vous dégusté une soupe aux orties:2 grosses pommes de terre,une poignée d’orties,un oignon...un véritable velouté ;et puis aussi une tarte salée aux orties:faire une pâte brisée ,l’étaler dans un moule à tarte.au préalable cueillir une bonne poignée d’orties(non traitées bien sûr) les ébouillanter,les essorer,les faire revenir avec un oignon,ajouter 3 ouefs battus avec un peu de crême du lait,sel poivre.Etaler sur la pâte à tarte,mettre au four et à mi-cuisson,disposer des rondelles de fromage de chêvre.Un régal !Faites le test et donnez-m’en des nouvelles.Roselyne

Brèves

5 août 2010 - Une nouvelle rubrique est née !

Les chroniques bouzicoises apparaissent sur le site de Bouzic. Ne manquez pas les histoires (...)